Claude Joseph et Ariel Henry : Un Tango Politique Surprenant entre Éloges et Confusions.

Quand l’Opposant Devient Louangeur : Le Revirement de Claude Joseph

Dans un récent rebondissement politique en Haïti, le leader du parti EDE, M. Claude Joseph, a pris tout le monde par surprise en faisant l’éloge du premier ministre Ariel Henry, alors que la population le voyait comme un opposant farouche du premier ministre de facto. Cette volte-face a suscité des interrogations et des spéculations au sein de la population haïtienne.

Lors de sa participation à l’émission « Matin Debat » diffusée sur les ondes de la radio Télé Éclair, Claude Joseph a soudainement loué les mérites du premier ministre, le décrivant comme « un grand intellectuel, quelqu’un qui connaît les femmes et les hommes politiques du pays et surtout un homme de consensus ». Cette déclaration a laissé perplexe bon nombre de ses partisans, qui s’attendaient plutôt à des critiques acerbes à l’encontre d’Ariel Henry.

Conférence de Presse : Rectification ou Confusion ?

Cependant, à peine 48 heures après cet éloge inattendu, Claude Joseph a organisé une conférence de presse pour rectifier le tir. Il a rapidement accusé ses adversaires politiques et une partie de la presse d’être des détracteurs, tout en réaffirmant son désir de voir le premier ministre quitter le pouvoir le 7 février 2024. Cette oscillation abrupte dans la position politique de Claude Joseph a semé la confusion parmi les observateurs politiques et la population.

Capacité du Parti EDE : Un Doute Grandissant

L’incohérence manifeste dans les déclarations du leader du parti EDE laisse présager une période d’incertitude et de doutes quant à la capacité du parti EDE à mener une opposition efficace contre le premier ministre en place. Alors que le premier ministre Ariel Henry bénéficie d’un soutien visible de la communauté internationale, la question de savoir si le parti EDE dispose des moyens nécessaires pour renverser le pouvoir en place devient de plus en plus préoccupante. Rappelons que les propos de Mme Maria Isabel Salvador de la BINUH résonnent comme un soutien infaillible au premier ministre de facto Ariel Henry. En effet, la représentante spéciale du Secrétaire général de l’ONU en Haïti soutient qu’ « une transition ne peut pas être remplacée par une autre transition », soulignant la nécessité d’organiser des élections en Haïti, malgré que le pouvoir en place ait montré son incapacité à le faire.

Tout compte fait, ce récent épisode politique, oscillant entre éloges et rectifications, expose la fragilité du Parti EDE et soulève des questions cruciales sur la sincérité et l’intégrité de M. Claude Joseph. L’avenir du pays semble suspendu à la capacité des acteurs politiques à surmonter les divisions internes et à offrir une alternative cohérente.

 

Lucson Sénatus, M.A.P,
Coordonnateur général du Grand Pôle Patriotique

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *