Haïti : Entre l’Étau du Trafic Illicite et l’Énigme de la Gouvernance

Non à la drogue

Haïti est confrontée à des défis monumentaux, combinant une instabilité politique persistante et une insécurité croissante. À cela s’ajoute le fléau du trafic illicite de drogue, qui demeure, selon plusieurs observateurs, le principal obstacle au progrès. L’image d’Haïti comme l’un des principaux carrefours du trafic illicite est une réalité troublante, masquée par une toile d’insécurité et d’instabilité économique et politique, entravant le développement et le bien-être du pays. Selon Mme GHADA FATHI WALY, Directrice Exécutive de l’Office des Nations Unies contre la drogue et le crime (ONUDC), la demande d’armes à feu en Haïti est étroitement liée aux besoins des groupes criminels cherchant à renforcer le commerce illicite de la drogue, le pays demeurant une plaque tournante principale pour la cocaïne et le cannabis.

La situation géographique de l’île, sa proximité avec les États-Unis, et sa situation socio-économique difficile en font une cible de choix pour les cartels et les réseaux criminels internationaux, devenant un point de transit majeur pour le trafic de drogue, d’armes et de personnes dans la région des Caraïbes. Cette épidémie rampante défie même les autorités haïtiennes et les organisations internationales, car le trafic illicite continue de prospérer, alimentant la machine de la corruption, de la violence et de l’instabilité, des caractéristiques omniprésentes de la vie haïtienne depuis des décennies. Les troubles sociaux, les manifestations, les coups d’État et les gouvernements instables et corrompus ont sapé les efforts visant à établir un climat de paix et de prospérité. L’incapacité des dirigeants successifs à répondre aux besoins fondamentaux de la population, tels que l’accès à l’éducation, aux soins de santé et à l’emploi, a alimenté un sentiment de désillusion et de désespoir.

L’ancien président défunt, Jovenel Moïse, n’a pas réussi à échapper aux critiques et aux controverses entourant sa gouvernance. Son mandat a été marqué par des allégations de corruption, de népotisme et d’autoritarisme, entraînant des manifestations massives réclamant sa démission. Bien que certains partisans aient défendu ses actions et ses politiques pour traquer les trafiquants de drogue, beaucoup considèrent son règne comme une période de stagnation et de régression pour le pays. La question de savoir si Jovenel Moïse serait un jour reconnu pour ses actions au bénéfice du peuple haïtien reste une énigme. Alors que ses partisans soulignent ses efforts pour promouvoir l’investissement et le développement économique local, ses détracteurs pointent du doigt son manque de transparence, son incapacité à lutter contre la corruption, dont ils font partie, et son échec à apaiser les tensions sociales. Son assassinat en 2021 a laissé derrière lui un pays en proie à un vide de leadership et à une incertitude quant à son avenir, contrairement à ce qui avait été promis après son départ.

À l’heure actuelle, Haïti reste confrontée à des défis considérables pour surmonter son passé tumultueux et construire un avenir plus prometteur pour ses citoyens. La lutte contre le trafic illicite, la consolidation de la démocratie et la promotion du développement économique durable nécessitent une volonté politique forte, un engagement international soutenu et une participation active de la société civile. Alors que le pays cherche à sortir de l’impasse de la violence et de l’instabilité, la communauté internationale continue à exercer des pressions. L’embargo des États-Unis sur les armes à feu destinées aux forces de sécurité du pays, alors même qu’ils restent le premier partenaire de la Police Nationale d’Haïti, est paradoxal. Selon plusieurs sources, la majorité des armes arrivant illégalement en Haïti proviennent des États-Unis. De plus, la qualité des véhicules blindés ne répondant pas aux normes, commandés au Canada, ainsi que le sabotage du programme Pétro-Caribé, qui était une source de soulagement pour la coopération haïtiano-vénézuélienne, exacerbent les tensions. Le peuple haïtien, plongé dans un sommeil si profond, tarde à comprendre que le soleil est au zénith.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *