Intensification des tensions à Port-au-Prince et évasion de prisonniers au Pénitencier National : Les Gangs en position d’attaque

Image par JAMESON FRANCISQUE Ayibopost - Façade du Pénitencier national d'Haïti

Suite à la diffusion de vidéos montrant une prétendue patrouille de police exécutant des individus en pleine rue, les tensions ont considérablement augmenté dans divers quartiers et aux alentours de Port-au-Prince. Les gangs ont organisé une série d’attaques contre les commissariats de police de la capitale haïtienne. Après une résistance acharnée des policiers postés à la prison civile de Port-au-Prince, Pénitencier National, un nombre indéterminé de prisonniers se sont échappés.

Des attaques contre la Police Nationale d’Haïti (PNH)

En réaction à ces vidéos qui ont circulé sur les réseaux sociaux haïtiens, les parties antagonistes ont avancé leurs explications sur les événements. D’une part, les gangs, bien que frustrés, déclarent que les personnes abattues sont des innocents et que la Police Nationale d’Haïti (PNH) devrait plutôt cibler leurs véritables ennemis et non les citoyens paisibles. D’autre part, les policiers ont clarifié que les individus étaient des éclaireurs des gangs, selon les informations contenues dans des messages de conversation provenant d’un groupe WhatsApp de policiers. À travers des vidéos prises par drone, le chef de gang du village de Dieu a clairement exprimé sa frustration et a promis une riposte forte contre la PNH.

Seulement quelques jours après la diffusion des vidéos du chef de gang du Village de Dieu, une série d’attaques ont été enregistrées contre plusieurs commissariats à travers Port-au-Prince, soit le jeudi 29 février 2024. Notamment à Bon Repos, où l’on déplore la perte de quatre policiers, deux femmes et deux hommes, dont le commissaire de police en charge de ce poste. Ces attaques ont semé la terreur et le chaos dans la capitale haïtienne, mettant en évidence l’ampleur de la violence qui règne dans certaines zones urbaines. Ce samedi 2 mars 2024, c’est au tour du principal centre carcéral du pays d’être attaqué. Les policiers de garde n’ont pas pu arrêter les gangs et plusieurs prisonniers ont pris la fuite. Malheureusement, jusqu’à présent, nous ne sommes pas informés des mesures prises par les autorités pour contrer ces criminels.

Un fait alarmant et décevant

Cela ne date pas d’hier que l’on entend dire que les bandits sont mieux équipés que la PNH. C’est quelque chose de décevant à entendre, surtout maintenant que nous vivons cette réalité. Comme le dit notre vieux adage, « Lafimen pa leve san dife ». Est-ce une réalité ou une mise en scène pour discréditer la PNH ? Nous avons constaté une série d’attaques organisées par les bandits, qui semblent être menées à un niveau de sophistication bien supérieur à celui de la PNH. Des vidéos capturées en temps réel par des drones suivent les mouvements des gangs, ainsi que de potentiels policiers en poste. L’utilisation de systèmes de communication radio pour faciliter et coordonner leurs opérations est perceptible dans les vidéos. Les chefs donnent des ordres et des consignes d’attaques, qui sont ensuite exécutés par les bandits, comme en témoigne l’évasion des prisonniers du Pénitencier National.

Il est regrettable que nous soyons encore à une étape de confusion totale sur la capacité de la PNH pour contrecarrer ces bandits ou même les mettre hors d’état de nuire. La mission de la PNH est de pouvoir protéger et servir la population haïtienne alors qu’ils semblent ne pas encore capable de se protéger soi-même contre ces gangs. Comment les gangs puissent pouvoir mieux s’équiper que la PNH ? Comment peuvent-ils pouvoir attaquer aux forces de l’ordre, alors qu’ils devraient plutôt être poursuivis ? Les questionnements sur ces faits doivent pouvoir nous apporter des éléments de réponse sur les relations entre ces gangs et les hauts gradés de la PNH ainsi que les autorités de l’état. Nous devons quand-même garder l’espoir que le jour viendra où nous aurons des autorités compétentes et soucieuses du bien-être et de la sécurité du peuple haïtien. Nos impôts, taxes et contributions ne seront plus utilisés pour alimenter les gangs et les rendre plus forts que les forces de l’ordre.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *