Jeudi 18 avril 2024 – Le chef de l’armée kényane et neuf officiers militaires morts dans un accident d’hélicoptère

IMAGE: Nation Media Group - Le feu général Francis Omondi Ogolla, Ancien chef des forces de défense

Ce jeudi 18 avril 2024, une tragédie dévastatrice a frappé la nation kényane, ôtant brutalement la vie à dix personnes dans un accident d’hélicoptère. Parmi les victimes se trouvait le vénéré chef de l’armée, le général Francis Omondi Ogolla, ainsi que neuf autres officiers militaires à bord. L’hélicoptère s’est écrasé dans le comté d’Elgeyo Marakwet, à environ 400 kilomètres (250 miles) au nord-ouest de la capitale Nairobi. Les circonstances exactes de l’accident restent à clarifier.

Le général Francis Omondi Ogolla était très respecté pour son leadership exemplaire et son dévouement inébranlable envers la sécurité et la défense du Kénya. Sa disparition soudaine laisse un vide immense au sein de l’armée et de la nation kényane dans son ensemble. Les hommages affluent de toutes parts pour saluer sa mémoire et son service dévoué.

Parmi les autres victimes de cette tragédie figurent des officiers militaires hautement qualifiés et gradés. Leurs contributions à la nation kényane resteront gravées dans les mémoires alors que le pays pleure leur perte. L’annonce de cet accident par le président kényan a suscité une profonde tristesse à travers le pays. Des expressions de chagrin et de solidarité viennent de tous les coins. Le président a déclaré trois journées de deuil national à partir de vendredi 19 avril 2024 en l’honneur des victimes, appelant la nation à se rassembler dans cette période sombre.

Une enquête approfondie a été lancée pour déterminer les causes exactes de l’accident, avec l’engagement des autorités à fournir des réponses transparentes à la population. Cependant, selon le président William Ruto, l’appareil était un hélicoptère développé dans les années 1950, largement utilisé par l’armée américaine durant la guerre du Vietnam. Il est également rapporté qu’il s’agirait du cinquième accident d’hélicoptère militaire en 12 mois, avec des appareils vieux et mal entretenus.

Alors que nous suivons de très près le déploiement des policiers kényans sous peu en Haïti, cet accident, attribué préliminairement à un hélicoptère de vieille date et mal entretenu, laisse à réfléchir.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *