Une révolution de pillage au détriment de la population civile

IMAGE : Unicef/Joseph - Une vue sur les bénéficiaires des fournitures essentielles pillées par les gangs.

Dans un monde où l’humanité se mobilise souvent pour protéger les plus vulnérables, une triste réalité de pillage et de destruction massive émerge en Haïti. Les gangs qui autrefois se limitaient à des activités illicites isolées, des kidnappings contre rançon, se lancent maintenant dans des actes de pillage et de destruction à grande échelle. Ces scènes de pillage et de destruction ciblent maintenant des immeubles renfermant des articles essentiels pour la survie de la population civile, tels que les hôpitaux et les centres d’aide aux enfants, aux femmes, aux personnes âgées et aux handicapées. Même en temps de guerre, les femmes, les enfants ainsi que les personnes à mobilité réduite sont souvent épargnés. Cette prétendue révolution ne laisse dans son sillage qu’une détresse insoutenable même pour les mères, les nouveau-nés et les enfants.

Pillage des fournitures essentielles pour des nouveaux-nés

Nous lisons dans les lignes du journal « Le Parisien » que les gangs ont pillé « un conteneur de l’Unicef ayant des articles essentiels pour la survie des mères, des nouveau-nés et des enfants, y compris des réanimateurs et du matériel connexe, ainsi que des fournitures essentielles pour le développement et l’éducation de la petite enfance, du matériel pour l’eau ». Ces actes de vandalisme ont été menés ce samedi 16 mars 2024. Nous soulignons que ces actes les gangs ne se contentent pas de voler seulement des biens matériels mais aussi l’espoir de la population haïtienne à travers leur progéniture. Ils compromettent la santé et la sécurité des citoyens les plus innocents de la société. À l’intérieur de ce conteneur pillé se trouvaient des fournitures destinées à sauver la vie des femmes enceintes, des nouveau-nés sous une base de survie quotidienne des accouchements.

Les nouveau-nés, dont la santé et la croissance dépendent de soins attentifs et d’une alimentation adéquate, sont particulièrement vulnérables et touchés par ce pillage. Les mères, déjà confrontées à des défis immenses pour assurer la santé et le bien-être de leurs enfants, se retrouvent confrontées à des choix non existants lorsque ces ressources sont volées. Privées de nourriture adéquate, de médicaments essentiels et de fournitures de base telles que des couches et des produits d’hygiène, elles se retrouvent dans une situation actuellement désespérée.

Une urgence de l’heure

Alors que nous déplorons ce vol de fournitures et de matériels divers et essentiels de l’Unicef pour la survie des femmes enceintes et de leurs nouveau-nés, cette réalité les expose à un risque accru de maladies et de décès précoces. Nous faisons un appel d’urgence auprès de la communauté internationale et toute personne désireuse de venir en aide rapidement à cette couche sociale de la population.

Nous faisons aussi appel à la conscience des acteurs politiques qui tardent à trouver un consensus pour former un gouvernement large avec des citoyens honnêtes pour relancer le pays. Les mesures de sécurité doivent être renforcées autour des hôpitaux, des zones de stockage et de transport des articles de santé et de première nécessité pour les femmes enceintes et les nouveau-nés. Des efforts pour démanteler les réseaux criminels impliqués dans ces activités sont nécessaires pour protéger les plus vulnérables.

Il est crucial d’investir dans des programmes de développement durable visant à renforcer les infrastructures de santé, à améliorer l’accès à une éducation de qualité et à promouvoir des conditions de vie décentes pour tous. En garantissant que chacun ait accès aux ressources nécessaires pour prospérer, nous pouvons construire un avenir plus juste et plus sûr pour les générations à venir.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *